Ouarzazate, point de départ de la route des oasis et des kasbahs.

Une luminosité extraordinaire. Des oasis saisissantes. Des paysages à couper le souffle… Nous sommes à Ouarzazate, aux portes du désert. Ouarzazate, une gentille petite ville, paisible, dont le patrimoine bâti porte en lui l’expression d’un savoir-faire millénaire. C’est ici le point de départ pour partir à la découverte de l’une des plus belles régions du Royaume. Notre guide s’appelle Mohammed Chattar. Une référence.

Le circuit des kasbahs serpente entre vallées et palmeraies

Mohammed Chattar a grandi dans l’Atlas et partage son temps entre la France et le Maroc où il est guide professionnel des Espaces naturels. Alors, forcément, il sait exactement où il faut s’arrêter pour boire un verre de thé avec des nomades ou apercevoir des gazelles qui s’abreuvent… Dans cette partie encore verdoyante du Maroc, l’environnement est resté intact, comme protégé du tourisme de masse. Mais à condition d’emprunter les sentiers muletiers ; ceux qui permettent de s’arrêter dans les villages, d’aller au contact d’une population des plus accueillantes, de déguster les meilleures dattes…

Le circuit des kasbahs qui serpente entre vallées et palmeraies réserve des surprises à chaque virage. « C’est une région qui a surtout su conserver ses traditions et son authenticité », confie M. Maoulainine, le délégué au tourisme de cette province, lui aussi fin connaisseur du grand sud marocain.

Les dunes et leur mer de sable à l’infini…

Parmi les kasbahs, toutes plus belles les unes que les autres, il ne faut manquer sous aucun prétexte le ksar Ait Benhaddou, classé par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité. C’est ici qu’ont été tournés quelques-uns de chefs-d’œuvre du cinéma comme Lawrence d’Arabie ou bien Tuer n’est pas joué. Et c’est ainsi que Ouarzazate est devenue la Hollywood du Maroc !

C’est en 4×4 que notre guide nous fait découvrir la vallée des Roses, puis les gorges impressionnantes du Todra, avant de rejoindre la vallée du Drâa. Nous arrivons à Zagora avec son célèbre panneau qui indique Tombouctou à 52 jours à dos de chameau. Puis viennent les dunes, avec une mer de sable à l’infini… Mohammed Chattar a dressé un bivouac luxueux pour des clients Français qui rêvaient de voir un coucher de soleil dans le désert. L’expérience est unique. À l’image du Royaume.

 

Frédéric Paillas
frederic.paillas@leprogres.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *